Di Caprio

Le OuiShare Fest coûte-t-il trop cher ?

Nous entendons parfois que le OuiShare Fest coûte cher. Trop cher. Après avoir augmenté le prix des billets de près de 20% cette année, certains ont même pu croire que nous nous étions finalement laissé séduire par l’appât du gain. Pourtant, le modèle économique d’un tel événement reste fragile. Il tient avant tout à l’énergie d’une équipe qui, année après année, porte ce projet à bout de bras. A quelques jours du OuiShare Fest il nous a paru nécessaire de revenir en toute transparence sur un point important : nous ne vendons pas des billets, nous finançons notre liberté.  

Conserver notre indépendance

Depuis un peu plus de 4 ans, OuiShare s’est donné l’ambition d’être un espace de rencontres, de réflexion et d’action autour des émergences collaboratives et d’une société basée sur le partage. Nous nous finançons intégralement grâce à nos partenaires au travers des divers projets que nous portons (événements, études, publications…) et à la billetterie du OuiShare Fest. OuiShare est une association d’intéret général à but non lucratif. En participant au OuiShare Fest, vous n’achetez pas simplement un billet pour un événement, vous contribuez au financement sur la durée d’un projet collectif associatif indépendant.

Le budget du OuiShare Fest est d’environ 450 000 euros. C’est beaucoup ?

A première vue, le chiffre peut sembler élevé. En fait, c’est assez peu si l’on tient compte du fait qu’une équipe internationale de 30 personnes travaille d’arrache-pied sur le projet pendant plus de 8 mois. Vous remarquerez peut-être dans le budget ci-dessous que près de 183 000 euros sont alloués à la rémunération de l’équipe. A titre de comparaison, ce montant représente le coût pour une entreprise de 5 personnes payées 24k € brut / an (24x5x1,5 = 180 000€).

Aucune agence événementielle ne serait capable de sortir un tel projet de terre sans un budget deux à trois fois supérieur

Ajoutez à cela que nous louons le Cabaret Sauvage pendant 6 jours (montage / démontage), que les boissons et les repas sont pris en charge, que nous payons des locaux, des frais de structure, des agents de sécurité, louons du matériel et que nous faisons venir près de 200 intervenants du monde entier… et vous vous rendrez sans doute compte que le budget est bien plus serré qu’il n’y paraît. Aucune agence événementielle ne serait capable de sortir un tel projet de terre sans un budget deux à trois fois supérieur.

 

Le budget du OuiShare Fest 2015

Le budget du OuiShare Fest 2015

 

A chacun selon ses besoins et ses capacités financières : 150 hackers tickets à 50 euros et une journée publique entièrement gratuite

OuiShare a une mission sociale importante : celle de rester une organisation inclusive et de ne pas s’adresser qu’à une élite. Voilà pourquoi chaque année, nous réservons 150 tickets (soit environ 10% du total des visiteurs) à un prix réduit de 50 euros (à perte, donc) pour les personnes qui nous en font la demande et qui se trouvent dans l’impossibilité de payer le tarif réel. Nous avons par ailleurs invité toutes les communautés partenaires. Enfin le quatrième jour du OuiShare Fest est entièrement gratuit, en français, et ouvert à tous.

Quant à celles et ceux qui payent entre 450 et 950 euros les 3 jours, c’est le prix nécessaire pour que nous n’ayons pas à mendier les budgets marketing de multinationales qui viennent montrer leurs gros bras dans tous les événements. Bref, même si nous pratiquons des tarifs parfois similaires, et ne cachons pas nos ambitions en termes de qualité ou de fréquentation, nous sommes structurellement l’exact opposé des quelques grandes conférences qui réunissent porte de Versailles ou à Saint Denis le gratin des startups et des fonds d’investissements.

Pas de stand, pas de goodies, pas (beaucoup) de déchets, et pas de partenaire boring

Par idéalisme parfois, par intégrité aussi, nous avons souvent fait des choix financièrement peu rationnels afin de  préserver la qualité et l’authenticité de l’expérience que nous souhaitions vivre et proposer. Exit les interminables tables rondes où l’on case de mauvais intervenants pour faire plaisir aux partenaires. Exit aussi les traditionnels stands, mange debout, kakémonos, hôtesses, petits fours, flyers et saladiers remplis de balles anti-stress et de clés USB aux couleurs de vos marques préférées. La valeur que nous cherchons à apporter au OuiShare Fest réside dans la qualité des contenu et des interactions que nous proposons.

Vous faire vivre ce que vous ne vivrez nulle part ailleurs

Après avoir participé à des événements un peu partout en France et dans le monde, je peux vous dire que l’expérience du OuiShare Fest est singulière et que vous ne la vivrez nulle part ailleurs. Le OuiShare Fest c’est une rencontre, une conversation, une fête. Ce sont près de 50 nationalités représentées, 200 intervenants, 150 bénévoles, la parité hommes-femmes, des ateliers, des parcours, des surprises, un accélérateur de projets open source, un événement zéro waste et plein d’autres choses encore. C’est enfin et surtout un programme d’une qualité exceptionnelle, qui explore les émergences du monde entier, traitées par certains des meilleurs experts de la planète.

Exit les interminables tables rondes où l’on case de mauvais intervenants pour faire plaisir aux partenaires

Il y a probablement plein de choses que nous pouvons améliorer, des erreurs que nous pourrions éviter, mais il n’y a pas à douter un instant de l’énergie et de la motivation que nous mettons pour que cet événement soit un succès. Le OuiShare Fest ne coûte pas trop cher, il ne l’est probablement pas assez. Voilà pourquoi nous tenons à remercier chacune des personnes déjà inscrites, sans qui tout cela n’aurait aucun sens. Et surtout nos partenaires, MAIF, Accor, Castorama, Groupe Up, Mangopay, BlaBlaCar, La Ruche Qui dit Oui, Drivy, NUMA, Vizeat, sans qui le prix des billets serait trois fois plus élevé 😉

On espère vous croiser bientôt au OuiShare Fest ! Et si vous souhaitez un discount sur votre billet, n’hésitez pas à nous écrire à hello@ouishare.net et nous verrons bien ce que l’on peut faire pour vous.



  • Francois Badénès

    très bel événement. Mais venez donc faire un tour à La fabrique du Changement de Nantes, Bordeaux ou Grenoble…Des éditions sur Bruxelles et Montreal en 2017…1500 participants sur 2 jours, près de 200 intervenants et que des ateliers créatifs…les beaux événements sans blabla ca existe aussi en dehors de Paname ;-))

  • Mostafa Benhenda

    Merci pour ces précisions, qui montrent l’absurdité du modèle économique de votre événement. L’entrée coûte très cher, et au final, personne n’en profite, c’est juste du gâchis des 2 cotés.

    Vous voulez copier le format des manifestations capitalistes (salons porte de Versailles), tout en refusant leurs méthodes de financements (sponsoring, boring partners…). Du coup, le modèle est bancal et très inefficace, et cette incohérence se traduit par une facture salée pour le public.

    L’alternative, ce serait par exemple d’organiser des manifs dans la rue, comme d’autres mouvances: au moins là ça sera gratuit. Des interactions de grande qualité sur la place publique, et les multinationales ne s’aventureront pas sur ce terrain. Une ‘Share Pride’.

    Et là, j’aurais les moyens financiers de venir. Pas question de payer 150 balles juste pour parler à d’autres gens.

    Et de manière générale, les idéaux du ‘share’ réussiront seulement s’ils apportent davantage d’efficacité économique. C’est cette vision que je défends, et que ce festival ne défend pas.