POC21: la transition écologique, open source

(cet article est une traduction française “augmentée” de l’annonce publiée sur la version anglaise de ce magazine en décembre)

Réchauffement climatique, épuisement des ressources, inégalités, … alors que ces crises deviennent chaque jour plus urgentes, le modèle “open source” peut-il ouvrir une nouvelle voie, à quelques mois de la conférence Paris Climat 2015 (COP21) ?

En décembre dernier s’achevait à Lima la 20ème Conférence des Nations Unies sur le climat, avec une frustration qui rappelle le spectre de “l’échec de Copenhague”.

Les mobilisations populaires telles que la Marche Pour le Climat de septembre dernier et Alternatiba semblent chaque jour gagner en ampleur. Mais en 2015, nous avons également besoin de passer “from protest to prototypes”.

« Notre monde tourne à l’envers: nous usons des ressources naturelles comme si elles étaient abondantes et infinies, et paradoxalement notre société impose des mécanismes de rareté artificielle sur ce qui, par nature, abondant et illimité: la connaissance, la créativité humaine et l’innovation. »  Michel Bauwens, fondateur de la P2P Foundation

POC21 (Proof Of Concept 21) est un accélérateur de solutions durables et open source, c’est-à-dire dont les savoirs sont partagés sous licence libre. L’objectif est de construire, l’été prochain, un prototype fonctionnel et réplicable d’une société vraiment durable, à l’issue d’un workshop unique de cinq semaines réunissant 50 innovateurs venus du monde entier.

L’objectif est d’amener 12 projets open source pour modes de vie durables à un stade de maturité suffisant pour une diffusion massive en amont de la COP21, sous la forme d’un “catalogue IKEA” des solutions avec un air de Whole Earth Catalog.

Le projet POC21 est co-produit par OuiShare et le collectif allemand OpenState, un laboratoire pour modes de vies durables et contemporains, déjà à l’origine de Palomar5, organisé en 2009 à Berlin sur un format similaire.

Vers une fabrication distribuée et open source

L’open source maximise la diffusion, la réplicabilité et l’adaptabilité des solutions, avec des coûts défiants toute concurrence, comme l’illustre l’exemple de Wikispeed. Issu du logiciel, le modèle s’applique aujourd’hui aux objets physiques, et converge avec le mouvement des Makers.

Désormais, tout le monde ou presque est en mesure de créer, réparer ou améliorer des objets, en s’appuyant sur les savoirs, plans et fichiers 3D partagés sous licence libre. Les outils de fabrication numérique, de plus en plus accessibles au sein des Fab Labs, makerspaces et autres tiers-lieux de fabrication, permettent alors du passer “des bits aux atomes”, du modèle au prototype.

Imaginez, partout, des individus et communautés produisant leur énergie, nourriture, biens de consommation, solutions de monitoring energétique, ou même ou leur propre habitat.

« Si Internet nous a appris une chose, c’est qu’il y a énormément de valeur à mettre des ressources en communs, là où chacun peut s’en saisir librement pour créer et construire à leur guise. » Lawrence Lessig, fondateur de Creative Commons

Les pionniers de la transition, en open source

Dans la communauté “open hardware”, de nombreux pionniers ont commencé. P2P Food Lab développe des dispositifs d’agriculture urbaine connectée, permettant le partage de données agricoles. L’éolienne Piggott permet d’alimenter un usage personnel ou une petite communauté. Wikihouse permet à chacun “d’imprimer” une maison à haute performance énergétique, laquelle peut être mesurée grâce à au compteur intelligent Open Energy Monitor, sorte de Google Nest version open source. Vélocar,  Wikispeed ou OSVehicle permettant à chacun de concevoir et fabriquer un véhicule électrique, ou à haute efficience energétique.

A Barcelone, le laboratoire Valldaura et son Green Fab Lab sont dédiés à des projets tels que des bio-matériaux de construction, des batteries à base d’algues, des panneaux solaires à base de mousse, ou les ruches connectées Open Source Beehives.

Bio-solar panel from the Valldaura Green Fab Lab in Barcelona. Picture by Makery.

Bio-solar panel from the Valldaura Green Fab Lab in Barcelona. Picture by Makery.

Ces exemples ne représentent qu’un petit échantillon des projets qui nous inspirent, mais nous savons qu’il en existe beaucoup d’autres, aujourd’hui peu visibles, que nous aimerions soutenir, accompagner et mettre en avant dans le cadre de POC21.

5 semaines pour prototyper le futur

Le projet POC21 s’articule en deux phases principales.

Premièrement, un workshop de 5 semaines au château de Millemont (Yvelines) rassemblant 50 participants et 12 projets open source, sélectionnés sur appel à projet (publié début mars). A leurs côtés, experts et mentors de multiples domaines : énergie, construction, agriculture, eau, déchets, fabrication numérique, business models, design produit, communication, financement, … tous combineront leurs énergies et expertises dans une expérience unique de prototypage et de coopération, qui s’étalera de mi août à fin septembre 2015.

The POC21 venue: the stunning Millemont Castle, located in the Yvelines area, 40 minutes from Paris.

The POC21 venue: the stunning Millemont Castle, located in the Yvelines area, 45 minutes from Paris.

Deuxièmement, une grande campagne de diffusion en amont de la COP21, une fois les projets arrivés à maturité. Cette campagne s’appuiera sur un “catalogue IKEA” des solutions prototypées, plusieurs vidéos et contenus pédagogiques, une exposition grand public à Millemont, une diffusion des prototypes au sein des mobilisations citoyennes autour de la COP21 telles qu’Alternatiba, mais aussi une sensibilisation des décideurs politiques et économiques au potentiel des solutions open source pour la transition écologique et la préservation du climat.

Au-delà de OuiShare et d’OpenState, POC21 mobilisera de nombreux partenaires académiques (SciencesPo IDDRI, Frauhofer Institute, …) et communautés (La Paillasse, FabLab.io, Cohabitat, Makery, Numa, OSCE Days …), avec le soutien d’acteurs publics et privés, parmi lesquels La Fondation Hele-Avus, La Fonderie, et bien d’autres.

Si notre vision vous inspire et que vous souhaitez rejoindre l’aventure en tant que partenaire de POC21, n’hésitez pas à nous contacter, ou à venir nous rencontrer lors du premier POC21 Meetup le 27 février à Numa!

Justyna Swat & Benjamin Tincq