Décryptage
Banco ? Bitcoin fait son trou dans la banque
On 8 December 2012 by Stanislas Jourdan

Grâce à un partenariat entre le prestataire de paiment Aqoba et startup Paymium, la monnaie virtuelle Bitcoin va pouvoir transiter légalement au sein du système bancaire. Une première mondiale.

Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banquestitrait en novembre dernier Le Monde, dans un article décrivant le fonctionnement de cette monnaie virtuelle cryptée et anonyme, dont le fonctionnement repose sur un logiciel open-source et en peer-to-peer. Certes, le projet de bitcoin, né en 2009, se voulait au départ d’inspiration sinon anarchiste, au moins anti-banque, mais les choses sont peut être en train de changer.

Victoire made in France

C’est en effet un véritable coup de force que la startup française Paymium a annoncé le 6 décembre dernier sur l’un des forums de la communauté de bitcoin :

Après tant de travail patient et de lobbying, nous sommes finalement heureux et fiers de vous annoncer que Bitcoin-Central.net devient aujourd’hui la première plateforme d’échange de bitcoin opérant au sein du cadre légal européen.

En fait, il s’agit d’une victoire d’un duo français acquise dans le cadre d’un partenariat entre Paymium, qui développe la plateforme Bitcoin Central et le prestataire de paiement en ligne Aqoba.

Grâce à celui-ci, les clients de Paymium pourront donc transférer leurs bitcoins en tout sécurité et en toute légalité par exemple via à l’application mobile Paytunia que développe Paymium, mais aussi bientôt avec une simple carte bleue, promet la startup. Les clients disposeront même d’un numéro IBAN leur permettant de facturer ou de recevoir leurs salaires versés directement sur leur compte, précise le CEO de Paymium.

Concrètement, les fonds des clients de la plateforme Bitcoin-Central seront désormais déposés dans un compte spécifique en leur nom, tenu par le Crédit Mutuel Arkéa (partenaire de Aqoba). De son coté, Aqoba, qui dispose d’une licence bancaire de prestataire de service de paiement (équivalent du statut d’établissement bancaire mais sans autorisation d’émettre des crédits), fournit à Paymium toute l’infrastructure juridique et technique pour gérer les transactions en euros et en bitcoin, au sein de toute la zone euro.

Cerise sur le gâteau, les comptes de paiement (en euros) confiés seront mêmes protégés par le Fonds de Garantie des Dépôts Français, sorte d’assurance des banques qui s’engage à rembourser les clients des banques en cas de faillite.

Flou juridique

Spectaculaire, la nouvelle est d’autant plus surprenante que la Banque Centrale Européenne elle-même s’inquiétait dans un récent rapport (pdf) de l’émergence des monnaies virtuelles, qu’elle jugeait dangereuse pour sa propre réputation. Et surtout, dans ce rapport justement critiqué par Gonzague Grandval (CEO de… Paymium), les experts de Francfort jugeaient le cadre légal de bitcoin “très incertain”.

En effet, le rapport précise qu’une monnaie telle que bitcoin ne pourrait être considérée comme une monnaie électronique telle que spécifiée par la directive européenne “DME2″ (que la France n’a d’ailleurs toujours pas transposée !), au regard du fait que la valeur des unités de bitcoins ne peut être garantie. Enfin, ”Bitcoin est clairement en dehors du cadre de la directive sur les services de paiement” concluait également l’institution.

Sur ces motifs, une décision de la cour d’Appel de Paris avait disqualifié Bitcoin du statut de monnaie électronique, (conduisant à la fermeture du compte de la société Macaja au Crédit Industriel et Commercial), avant de botter en touche sur le statut exact de la monnaie virtuelle chiffrée.

Illustration Le Monde

Central banker is watching you?

Alors pourquoi donc la Banque de France se risque-t-elle dans l’aventure ? Dans la communauté bitcoin, certains se méfient :

Le revers de la pièce, c’est que les banksters et les eurocrates vont savoir combien de bitcoins vous avez, comment vous les échangez et surtout ils pourront verrouiller votre carte de crédit bitcoin si vous finissez dans l’une de leurs listes noires. Merci, mais non merci.

Après tous ces efforts et les difficultés pour se débarrasser de la matrice des banksters, il est ironique de se retrouver à la case départ.

Mais pour David Francois, qui s’exprime au nom de Paymium sur le forum bitcointalk, ces craintes ne sont pas justifiées. Il répond : “les battre à leur propre jeu, c’est comme ça que je vois les choses“, avant d’ajouter :

Et puis, s’ils veulent verrouiller vos bitcoins, ils devront d’abord commencer par définir juridiquement ce qu’est Bitcoin. Quelle que soit la manière dont on regarde les choses, Bitcoin gagne toujours.

Du côté de la Banque de France, aucun commentaire officiel n’a été diffusé à ce jour. Mais selon une source confidentielle, la banque centrale pourrait effectivement chercher à connaître la quantité de monnaie en circulation “par un moyen détourné“…

Le retour de Bitcoin ?

bitcoin cours bourse

Cours du bitcoin

En tout cas, cette nouvelle va certainement allumer de nouveau tous les projecteurs sur la communauté bitcoin, qui s’était fait un peu oublier après ses déboires en 2011.

La monnaie avait essuyé le feu des critiques avant de finalement subir un désintéressement de l’opinion publique suite au piratage de Mt Gox, la principale plateforme de transactions en bitcoin de l’époque, sur fond de dénonciations d’un sénateur américain outré par les activités illégales qu’une telle monnaie permet (achat de drogues, blanchiment…).

Mais les fondateurs de Paymium eux, semblent s’inscrire dans une autre approche :

Il n’y a rien de mal à ce que les gens échangent librement des valeurs. Nous ne blessons personne, nous ne forçons personne à utiliser bitcoin, nous voulons simplement voir notre rêve et le futur de la monnaie devenir une réalité.

Mais le futur de la monnaie tel que proposé originellement par le projet Bitcoin est-il soluble dans le système bancaire actuel ?


Crédit photo : PaternitéPartage selon les Conditions Initiales zcopley

Stanislas Jourdan OuiShare.net Co-Editor & Money Activist. Freelance journalist, blogger and activist. I write about the financial crisis and the alternatives. Profile →

3 comments

Leave a Reply

Events

More OuiShare Events →

News

« En 2034, Internet a complètement fini de redistribuer les cartes »by  Edwin MootoosamyQuestion d’un homme de 2014 à un habitant de 2034.156 days and 17 hours ago →
Bienvenue dans l’âge des communautés : en route pour le OuiShare Fest 2014by  Francesca Pick

La deuxième édition du OuiShare Fest, le festival...207 days and 1 hours ago →

La dette sera-t-elle le catalyseur de la prochaine grande révolte ?by  Arthur de GraveTout le monde doit payer ses dettes… N’est-ce pas ? David Graeber, figure centrale du mouvement Occupy, auteur de Dette : 5 000 ans d’histoire, il est temps de remettre en question cette proposition morale universellement admise et d'inventer d'autres modèles. 310 days and 17 hours ago →
Peers.org et OuiShare: ce que nous avons en communby  Antonin LéonardOuiShare est fier de figurer parmi les premiers partenaires de Peers.org, une nouvelle organisation qui vise à promouvoir l'économie du partage.394 days and 18 hours ago →
More Articles →

See also : More articles, More "Décryptage"

Dossier
C. Eisenstein: “Nous...
© 2012 | SITE BY Léo BONNARGENT et Pierre LEBEDEL, poussé par Wordpress.